Les Autels d’Alexandre

juillet – août 1974

la clôture

LA CLÔTURE peinte découpe un rectangle de pelouse autour de la maison. Un valet s’occupe du cabriolet, le remise. Nemo passe la clôture. Il a débarqué à Plymouth et de là a pris le train jusqu’à Penzance. Une jeune fille rousse l’attendait devant la gare. Elle l’a mené le long des falaises noires et découpées vers une maison blanche. Une clôture basse l’encadre, distinguant la pelouse de l’herbe alentour. Ils pénètrent directement dans la pièce de séjour, la fille le débarrasse de son manteau et de son sac de nuit. Dans l’escalier Nemo se retourne, une grosse femme sort de la cuisine. En haut il y a trois chambres, celle du vieux, celle de la fille et une chambre d’hôte, les deux domestiques couchent en bas. La chambre du vieux s’ouvre sur le palier un peu à droite de l’escalier, en face de la balustrade de bois clair. La fille heurte doucement la porte et l’ouvre.

Lire la suite »

la maladie de Nemo

la ville

LA PLAINE s’étrécit jusqu’au confluent des cinq fleuves. Les fleuves, leurs affluents et les canaux d’irrigation la couvrent d’un réseau complexe. Un sixième fleuve recueille leurs eaux, il coule sous les montagnes occidentales, une bande désertique le sépare de la plaine. Du confluent s’ouvre une autre plaine où il disperse ses bras jusqu’à la mer.

Lire la suite »

l’hôpital

Les Anglais ont établi leur hôpital dans un palais au bord du fleuve. On y a transporté Nemo blessé après qu’une patrouille l’ait trouvé gisant sur la rue.

Il reprit connaissance dans une longue salle voûtée.

Lire la suite »

une place

Elles habitaient le quartier est. Il fallut donc traverser toute la ville, presque en diagonale. Ils longèrent des maisons de trois étages, sculptées, plantées comme des bornes. Les rues grouillaient. Nemo sans cesse bousculé avançait avec peine. Les filles durent le soutenir. Ils arrivèrent dans un quartier plus calme. Une maison basse sur une place carrée. Nemo s’assit tremblant de fièvre.

Lire la suite »

convalescence

la maison au fond du parc

LE PASSAGE du fleuve est assuré par un système de bacs, lent et peu sûr. Les Anglais voulaient jeter un pont.

La récente campagne militaire avait nécessité l’emploi de petites unités de troupes très mobiles. A leur arrivée les passeurs disparaissaient avec leur bac, d’autres le coulaient chargé et s’enfuyaient à la nage.

Lire la suite »

kiosque

Derrière la maison il y a des jardins. Sur sa plus grande étendu le parc est planté de palmiers, avec des bosquets d’autres essences. Une pièce d’eau devant la maison, à gauche de l’allée. De l’herbe rase, des buissons par places. Lauriers, acacias, épines.

Lire la suite »

> .html sur une seule page
> .pdf (pour impression, etc.)

Publicités