débâcle (2/3)

Au creux des montagnes, non loin de la mer, il y a un village. Quelques hommes sont dans la forge à se réchauffer. Ils ont secoué la neige de leurs manteaux, chaîne lâche et trame serrée, épais et souples. Ils parlent de la rudesse de l’hiver. Gelés en plein vol des oiseaux sont tombés sur les champs, dans la neige. L’un prétend même que c’est tout un vol de corneilles qu’il a vu ainsi tomber, il figure d’un geste l’espace du champ, plusieurs terrasses, la chute des oiseaux et répète le son mou et sec. On interroge un villageois qui revient de la capitale, il parle d’évènements inhabituels. Alors un étranger, un voyageur qui jusque là s’était tu, prend la parole. Il explique ce qui se passe, en quoi les paysans sont concernés. On l’écoute avec méfiance.

Publicités